Christian LUZERNE Conteur de Légendes. Depuis 12 ans déjà, je suis conteur en Lorraine. Je vais ici et là avec l’éternel plaisir de voir les yeux des enfants s’écarquiller et ceux des parents s’allumer à la flamme des souvenirs oubliés. http://www.christianluzerne.com/

mercredi 28 décembre 2016

Merveilleuses fables
Ce Brahme, qui inventa le jeu d'échecs pour montrer à son souverain que le roi ne peut rien sans ses sujets, était une fable.
Chez nous, la fable a permis grâce au talent de plusieurs de nos troubadours de faire rêver.
Je vous souhaite une fin d'année tout en magie et en histoires qui se finissent bien.




samedi 24 décembre 2016

Noël pour tout le monde

En cette belle soirée de Noël, toute la famille écureuil était réunie bien au chaud au cœur de leur logis. Avec les années les écureuils avaient copié les habitudes de  la famille qui habitait juste en face de leur arbre. Le grand père se faisait le rapporteur de ce qu’il avait entendu dans tout le village. Il allait épier aux fenêtres quand elles étaient entre-ouvertes et reprenait à son compte les histoires entendus çà et là … J'ai assisté à de nombreuses fêtes de Noël en différentes régions, et je me souviens de toute. Mais ici, c’est la plus incroyable…Tout commence avec le magnifique sapin placé sur une petite table, décoré de boules multicolores et  entouré de lumières.  Toutes les maisons, le soir sont éclairées par d’innombrables chandelles qui diffusent une douce et chaleureuse clarté. Vous ne savez pas que cette nuit est magique et il se passe des choses incroyables. Les yeux des petits s’ouvrent comme de petites billes. Il faut que je vous raconte.  En cette merveilleuse nuit, une roche qui domine la crête d’une colline au cœur de la forêt de buis, tourne trois fois sur elle-même au douzième coup de minuit. En cette même nuit, les animaux domestiques du village ont le don de la parole. Si le paysan entre alors dans son étable,  il peut entendre ses bœufs et ses chevaux se raconter l'un à l'autre, d'un ton tranquille, leur vie en cette belle nuit. En cette même nuit, partout dans le monde, les sables des grèves, les rocs des collines, les profondeurs des vallées s'entrouvrent, et tous les trésors enfouis dans les entrailles de la terre apparaissent à la clarté des étoiles. A ce moment là, la parole du grand père fut couverte par un son de clochettes. Un traîneau s'arrêta à la porte de la voisine et un homme tout en rouge entra précipitamment chargé de paquet de toutes les couleurs. Il fut reçu par les cris de joie des enfants. C'est lui ! C’est lui ! C'est le voyageur qu'on n'espérait plus voir et qui a bravé les rigueurs de l'hiver, les difficultés et les périls d'un long chemin. Pour ce jour de Noël reprit le grand père écureuil, de peur que nous ayons faim, notre brave voisine a déposé pour nous, sur le rebord de sa fenêtre, oh merveille,  une boîte pleine de noisettes et de fruits secs, une moitié de gâteau et une petite corbeille de pommes de son jardin.  Tout à la magie de Noël, la famille écureuil s‘avança pour regarder le ciel étoilé quand apparut un écureuil avec un curieux bonnet rouge et une petite hotte chargée de petits paquets multicolores sur le dos…


Christian LUZERNE Conteur de Légendes


jeudi 22 décembre 2016

Ah! je n'ai pas de beaux couverts, ni des domestiques pour vous servir, mais on ne peut donner que ce que l'on a. Il ne faut pas être si fière, car chez nous il n'y a qu'une table pour tout le monde, et le repas n'en est que plus gai.


lundi 19 décembre 2016

MERVEILLEUX MOMENTS PLEIN DE RÊVE ET D'AMOUR
Souvenir d'une journée de fête que Christian Luzerne, conteur de légendes, a rendue exceptionnelle en y instillant magie, surprises, humour, le tout pour faire de l'anniversaire de Gabriel un moment insolite et extraordinaire. En guise de cadeau à son papa, Caroline a endossé le rôle, le temps d'un conte, d'une jolie princesse. Et Guillaume est venu aider son papa à souffler les bougies du délicieux dessert. Un grand merci à tous, famille et amis, pour votre contribution au succès de cette si belle journée. Et un immense merci à notre conteur qui a marqué de sa présence, de son talent et de ses belles histoires, cette journée de fête. Merci également au Restaurant Olmi (à Petite-Hettange) pour la qualité de leur accueil et le délicieux repas qui nous a été servi.



dimanche 18 décembre 2016

LES MYSTÈRES DE MALLING/PETITE-HETTANGE

La petite leçon de Louise

Un jour que madame Fleur conduisait ses deux petites filles à une promenade près de l’étang par un temps incertain, Louise, plus prévoyante que sa sœur, prit son parapluie. Lina se contenta d'emporter sa poupée. Il y avait quelque temps qu'elles étaient dehors, lorsque le ciel se couvrit de nuages et que les premières gouttes de pluie commencèrent à tomber. Louise ouvrit aussitôt son parapluie et le tenait directement au dessus-de sa tête, sans faire attention que sa petite sœur cherchait un abri auprès d'elle. 
- « Couvre-moi donc un peu, dit Lina, je suis toute mouillée.
-  Non répondit Louise, c’est mon parapluie et il n’y a pas de place pour nous deux. Il fallait emporter le tien. »
La maman s’approcha et enleva son châle pour le mettre sur la tête de la petite. Louise rougit un peu de sa conduite, puis elle prit le bras de sa petite sœur et toutes les deux marchèrent sous le petit parapluie. La famille pressa le pas pour trouver de quoi s’abriter. Devant elles un écureuil venait d’apparaitre. Il semblait montrer le chemin et galopait en regardant bizarrement derrière lui pour s’assurait qu’elles le suivaient bien … Il les guida jusqu’à un énorme noyer qui leur assura toute la protection attendue. Puis il grimpa dans l’arbre et fit tomber aussi dru que l’averse du moment, une pluie de noix qu’il avait mis à l’abri pour un jour exceptionnel. Louise prit un gros caillou et cassa la première des noix et comme pour s’excuser la donna à Lina, la seconde à sa maman, la troisième elle la tendit à l’écureuil qui venait de se poser tout prêt d’elles. Celui-ci prit le fruit en faisant un clin d’œil à Louise et il se produisit  ce phénomène incroyable : une branche s’inclina et fit couler de ses feuilles une petite pluie juste sur la tête à Louise qui comprit et eut un rire un peu forcé, c’est le moment que choisit l’écureuil pour disparaitre comme il était venu…


Christian LUZERNE Conteur de Légendes


dimanche 11 décembre 2016

LES MYSTERES DE MALLING/PETITE-HETTANGE

Le gros écureuil de Malling

Un gros écureuil affamé, caché dans un trou de l’arbre, ne perdait pas un mot de la  conversation qui se déroulait, tout prés.  De temps en temps il approchait son museau du bord de son logis, pour voir ce qu'allaient devenir les noix qu’il avait cachées tout prés. Quelle idées avaient eu ces pêcheurs de venir s’installer juste à côté de son garde-manger. La journée avançait, les poissons comme les pêcheurs furent pris d’une envie de sieste. Le bon vin du village y était certainement pour beaucoup et la bonne herbe du bord du ruisseau aussi. Bientôt on n’entendit plus que des ronflements. Les compères dormaient en rêvant à des pêches miraculeuses. L’écureuil sortit doucement de sa cachette et tourna autour du petit groupe pour y chercher sa cachette. Hélas l’un d’eux était couché tout contre. Il voyait bien le trou qui permettait d’entrer mais il ne pouvait à peine y passer la patte. Furieux et affamé, curieux aussi il s’approcha.  Il en profita pour participer au festin de ses ennemis qui n’avaient pas pris soin de ranger leurs provisions. Il savoura  le saucisson et le jambon, n’aima pas trop le fromage puis il courut au gros pâté en croute, en souleva avec son museau le chapeau qui le coiffait, s’y glissa et s’en bâfra. Il en mangea tant et tant, qu'il s’en fit un nid douillet. Ainsi bien repu, il s’y blottit comme dans un lit, il remplissait tout l’espace. Il remit le chapeau tel un parasol au-dessus de sa tête, et s'endormit en digérant et en rêvant de noix grosses comme des maisons. Réveillé en sursaut par les grognements des pêcheurs sur le point de sortir du pays des songes, il n’eut pas le temps de s’enfuir dans l’arbre le plus proche. L’un des compères prit son ami à témoin : « j’ai rêvé qu’un énorme écureuil  venait dévorer notre repas, et comme il avait encore faim, il nous avalait comme on avale des noix, tu te rends compte où ça va se nicher les rêves ? » Sur ces paroles il se saisit du pâté qu’il trouva très lourd,  l‘ouvrit  et hurla de terreur quand le chapeau se rabattit brutalement et qu’il aperçut un gros écureuil, les moustaches pleine de pâté qui le fixait comme quand on se prépare à déguster une friandise …


Christian LUZERNE Conteur de Légendes


mardi 6 décembre 2016

Merveilleuses animations contées toute la journée d'hier à Saint-Avold. Toute une journée pour conter à 800 enfants.


dimanche 4 décembre 2016

LES MYSTÈRES DE MALLING/PETIT-HETTANGE
LES ROYAUMES DE MIEL
Une petite famille se promenait le long de la Moselle. Les enfants, tout joyeux, marchaient autour de leurs parents, s'écartant à droite et à gauche, et courant l'un après l'autre pour se disputer les jolies fleurs, lorsqu'ils virent en passant devant un près couvert de fleurs une rangée de petites maison bien à l’abri sous les arbres. Julie la plus petite du groupe s’étonna et demanda à sa maman :
« - Est-ce que l'on peut habiter dans ces petites cabanes?
- Toi non, lui répondit sa mère. Tu es en présence de royaumes. Ces cabanes comme tu les appelles sont des ruches et sont déjà habitées. Dans chacune d’elle vivent une reine et tout un petit peuple. Ce sont des abeilles, elles sont plus précieuses que les trésors les plus importants.
- Est-ce que les abeilles ne font pas le miel ? demanda la petite Julie, qui était un peu gourmande.
- Mais oui, c'est ce bon miel couleur d’or que tu manges quelquefois et avec lequel on sucre ton lait lorsque tu as mal à la gorge et qui par magie disparaît comme envolé.
- Ce que vous ne savez pas dit le père, c’est que si vous regardez à l’intérieur des châteaux, vous pouvez voir le travail incroyable des abeilles. Il y a une magnifique cathédrale de cire dont les alvéoles sont remplies du miel le plus merveilleux et tout un petit peuple très organisé qui y vit et y travaille.
- Mais c’est comme le plus beau des contes ! dit Nicolas qui adorait les histoires ».
La petite bande ne trouva plus de mots assez forts et se mit à rêver. Ils regardèrent une dernière fois les royaumes à miel comme préférait les appeler maintenant Julie. Leur surprise fut grande en voyant toutes les abeilles posées sur les toits des ruches qui semblaient écouter la petite famille dans un léger bourdonnement. A ce moment là, une magnifique abeille vint se poser au milieu d’elles. C’était une reine car elle semblait porter une couronne. Elle se dressa avec fierté et s’élança dans les airs donnant le signal du départ. Toutes les abeilles agitèrent leurs ailes et prirent leur envol. On vit une nuée dans le ciel rejoindre leur reine à la recherche d’un nouveau royaume. Les fleurs s’inclinèrent avec respect, les oiseaux partirent en éclaireurs, la nature dans son ensemble se prépara à accueillir cet incroyable événement qu’on appelle un essaimage. Quelque part, dans un lieu connu d’elle seule, une reine et toute sa cour allait se poser. Une nouvelle société allait commencer à vivre et peut-être que comme le dit la légende et comme il est, parait-il d’usage dans notre village, les lutins de la région en signe de bien venue, viendraient leur offrir une pièce d’or couleur de miel.
Christian LUZERNE Conteur de Légendes.


mercredi 30 novembre 2016

Une goutte d'eau qui tombe ne laisse d'abord aucune trace sur le sable, mais si cette goutte d'eau se trouve multipliée par une averse, elle ne tarde pas à former une mare

dimanche 27 novembre 2016

LES MYSTERES DE MALLING/PETITE-HETTANGE

Le trou noir sous le petit pont
Ce jour là, dans la rue de la Gare de Malling, on a vu un garnement qui paraissait avoir au moins six ans. Il fit  une chose qui étonna beaucoup  ceux qui le regardaient et qui se sont moqués de lui par la suite. Ils croyaient avoir tout vu mais avaient manqué l’essentiel. Vous en connaîtrez tous les détails quand je vous aurai raconté son histoire. Le village de Malling est traversé par un charmant petit ruisseau : le ruisseau d’Oudrenne. Ce jour-là, Séverin c’était son nom, avait ses beaux souliers  du dimanche. Sa mère pensait qu’il serait sage et qu’il pourrait enfin courir en toute  sécurité. Ça le gênait particulièrement  car il aimait par-dessus tout, courir pieds nus. Mais ses  beaux souliers  empêchaient ses pieds de respirer, comme il le disait très en colère.  Rapidement comme on dit, le naturel revint au galop. Et toujours comme on le disait dans le village,  il lui prit dans sa tête qu'il serait plus commode d'aller sans ses souliers. C’était en des pieds nus et bizarrement il trouvait ça très bien et faisait la course avec eux. temps où il y avait dans le village quelques enfants pauvres qui couraient qui livra au ruisseau d'abord un soulier, puis un autre. Il les regarda naviguer Le voilà donc qui commença par enlever les beaux lacets de ses chaussures, et dériver le long de la rive, avec des battements de mains. Les souliers, sous ce pont il y avait un grand trou noir très profond. Soudain, il y eut un submergés et pleins d'eau continuèrent leur voyage et passèrent sous le pont. Mais grand bruit de cascade et les chaussures disparurent. L’enfant crut voir deux yeux ruisseau à la vitesse d’un cheval au galop.  Dans sa course il marcha sur du verre brisé et et entendre un grognement. Il voulut s’enfuir et se mit à courir dans le Il se blessa légèrement un orteil.  Il revint à la maison en boitant,  les jambes tremblantes, mouillées et froides comme la glace. Il rampa le long de l'escalier. Sa maman le regarda venir avec surprise et lui dit :
 « -  Pieds nus et trempé! 
-  Non, maman, j'ai mes chaussettes ! dit le petit prodige en osant les montrer pour se justifier…
-  Et tes chaussures ?  S’étonna la maman
- Elles ont été avalées par le ruisseau
- Eh bien ce soir c’est toi qui n’avalera rien …»
 Le trou profond existe toujours …. Et l’on peut voir quand on se tient sur le pont les eaux sombres qui attendent patiemment allez savoir quoi ...

Christian LUZERNE Conteur de Légendes

samedi 26 novembre 2016

Ces récits, ces êtres merveilleux qui se meuvent dans des espaces sans bornes, qui vivent dans des régions inaccessibles à nos regards et à nos pas, déposent au fond de nos esprits des germes que féconderont notre imagination,

jeudi 24 novembre 2016


Dans le tumulte de vos devoirs et de vos peines, lasses des bruits ou des orages du monde, mères n'avez-vous jamais, en rangeant vos armoires, retrouvé tout à coup quelques-uns des jouets de votre enfance ? Ne vous êtes-vous pas laissé prendre à regarder longtemps avec un sourire tendre ces souvenirs oubliés ?

mardi 22 novembre 2016

Moi, j'ai un tiroir où je retiens sous clef mes rêves dont les couleurs brillantes tiennent bon contre le temps. Ils sont aussi merveilleux que les histoires sorties de mes contes.

dimanche 20 novembre 2016

Comment le vin du Stromberg prit la clé des champs

Une bouteille  de bon vin est sans doute une bonne chose à diner mais vous n'avez peut-être pas pensé que si on demandait son avis à son contenu, et bien, celui-ci ne serait peut-être pas le même que du vôtre. Dans une bouteille de vin du Stromberg, vous savez cette belle cave sur la route de Petite-Hettange, un merveilleux liquide pétillant et  ambré aspirait à gagner sa liberté. A l’intérieur d’une épaisse bouteille, argumentant du fait qu’il était couleur d’or et chargé de perles, le nectar trop précieux pour sortir de sa prison de verre pour immédiatement se retrouver dans un ventre, se mit à bouillonner avec force et conviction. Il décida de prendre sa liberté. Hélas la bouteille était bien cachetée et ficelée très serrée par un fil de fer qui refusait de se laisser corrompre. De plus le bouchon faisait la sourde oreille et refusait obstinément tout compromis. Je suis de liège disait-il, incorruptible et tête de mule. Si bien que pour  y parvenir le bouchon était devenu pour le vin une grande affaire. Les bulles avaient été mises à contribution pour apporter des idées. Ce jour-là, une bouteille avait été sortie délicatement de la sombre cave. Le vigneron, les jours de froidures aimait à organiser des repas où quantité de gens venaient se délecter de fortes victuailles et de bon vin, pétillant ou non.  Notre bouteille au début un peu perdue par tant de brouhaha mais patiente attendait son heure de passer à table. Elle était la dernière et le moment approchait. Elle en était très fière. Elle connaissait son avenir, retour à la cave après une toilette qui la ferait briller puis elle aurait la garde d’un nouveau breuvage, la belle vie. Tout près d’elle, contre le verre, un gratouillis la chatouilla et attira son attention. Une bulle qui passait fut chargée d’aller aux renseignements. Elle revint toute excitée  et rapporta cette nouvelle : notre heure approche, il y a un tire bouchon !!!!       « Oh … Un tire-bouchon !!!  S’écria le délicieux breuvage, un tire-bouchon pour enlever ce maudit liège et que tout ce qui me gêne s’en aille au loin et que je trouve enfin ma liberté… Au secours !!! Au secours !!! ». Mais revenons à notre bouteille. De voir le tire-bouchon et d’essayer d’attirer son attention a mis le crémant dans tous ses états. Il s’énervait et essayait par tous les moyens de rompre ses liens. Le vin bouillonnait, fermentait et écumait,  impatient de s’élancer au-dehors. Enfin le liège trouva son maitre. Il céda sous la pression. Le bouchon sauta en l’air dans un bruit de canon, emportant au passage le fil qui claqua comme un coup de fouet. La porte de la prison était ouverte, le vin ne perdit pas de temps. Il  courut et se répandit tout à son aise. En une petite poignée de secondes, la bouteille était vide. Pour le reste, il parait qu’on vit passer un petit filet, tout bouillonnant et impatient, qui ne perdit pas de temps pour se rendre au ruisseau d’Oudrenne, qui comme chacun le sait rejoint la Moselle, qui rejoint le Rhin, qui rejoint la mer du Nord …


Christian LUZERNE Conteur de Légendes.

jeudi 17 novembre 2016

Du jour où l’on n'a pu dire la vérité à quelqu'un, qu'en le revêtant d’un voile pour en adoucir les traits, il y a eu la fable..




mercredi 16 novembre 2016

De tous les genres de poésie, la fable est sans doute l'un des plus anciens. Je remonte pour en trouver  l'origine des nôtres, jusqu'à l’Egypte ancienne, mais il est clair que l’idée primitive des fables qu’il nous a été transmises est encore beaucoup plus ancienne, et que le poète n'a fait que mettre en ordre et rédiger les traditions qu'il trouvait peut-être des traditions répandues parmi les peuples.

dimanche 13 novembre 2016

Pomme pomme… pomme de pin… pain

C’est la saison où nos sœurs jonchent le sol du bois d’Ellange. Nous, nous étions encore accrochées à notre branche. Mes sœurs et moi avons été  promptement enlevées par une personne très bavarde. Rapidement couchées dans un panier, dont le balancement nous apprit que nous nous mettions en route. Bientôt nous arrivâmes au logis.
 « Qu'allons-nous devenir maintenant, demandai-je à mes sœurs, aussi préoccupées que moi de cette question de vie et de mort.
- Hélas ! Le savons-nous?  Nous serons croquées, sans doute. J’ai entendu dire quand nous sommes entrées que les pommes sont bonnes crues, cuites, de toutes les façons. A moins que ce ne soient de braves gens.  Et quelques braves gens qu'ils puissent être, crois-tu petite sœur, qu'ils auront des scrupules de manger de pauvres pommes comme nous? 
-  C'est vrai, répondis-je tristement.
-  Les pommes sont faites pour être croquées,  ajouta une autre compagne d'infortune en guise de consolation ».
 La pensée de cette inévitable destinée, qui aurait pu ne pas être la mienne, me fit froid au cœur. Toutefois, je repris un peu d'espoir quand,  je vis qu’on nous sortait  une à une du  panier. On nous essuyait avec soin, puis on nous rangeait joliment dans un plat de fine porcelaine.  
« S’ils avaient eu de mauvaises intentions, me disais-je, ils ne se donneraient pas tant de peine pour nous rendre belles. »
 Une bande de marmots nous fit craindre le pire, heureusement qu’une voix forte les arrêta à temps. « N’y touchez pas elles sont réservées ! » …
Pendant ce temps il se passa aussi quelque chose d'extraordinaire dans la maison. Des pots de peinture de mille couleurs furent déposés comme par enchantement sur la table. Il fut décidé que les plus grands des enfants décoreraient les pommes de mille tons.
«  C’est moi qui commence ! Je veux la première pomme de pin » s’écria Tom le plus hardi de tous. »  Ah ! Nous n’étions pas n’importe quelles pommes, nous sommes de pin ….Fini la tarte aux pommes, les pommes au four, la compote. Oui mais  … de pin ? de pain ? N’allions-nous pas servir à faire du pain ?  


Christian LUZERNE Conteur de Légendes

dimanche 6 novembre 2016

Les 10 000 boutons de la couturière du Val Marie.

Emma, une  maman très énervée cherchait depuis des heures quelque chose dans le tiroir de la commode.  Jamais ils ne seraient prêts à temps  pour le mariage. Jamais les deux enfants ne pourraient tenir la robe de la mariée.  Leurs vêtements presque terminés n’avaient pas encore de boutons et il était trop tard pour en trouver chez les voisines du Val Marie. Ses deux jeunes enfants avaient les yeux fixés sur ce tiroir, et suivaient avec intérêt les moindres mouvements de leur mère. Leur figure exprimait successivement l'espérance, la crainte, la joie, le découragement. Trouverait-elle enfin ce qu’elle cherchait. Voyons ! La maman n’y tenant plus  perdit patience, et se mit à invoquer  les forces cachées … Mal lui en prit car dans un tourbillon de fumée, un personnage étrange apparut. Bizarrement vêtu, il effraya la maisonnée. Avec assurance il se proposa d’aider la maman à retrouver l’objet perdu … Les enfants s’approchèrent craintifs, mais curieux. La maman à bout de nerfs ne s’en laissa pas conter et trouva la proposition déplacée. Elle prit au mot le personnage qui se présentait à eux comme le génie du quartier.
« Soit ! dit la maman en tendant l’énorme boite pleine de boutons, trouvez-moi 14 boutons de la même couleur mais de formes différentes ».
Le génie en riant s’empara du tiroir et commença à chercher. Malheureusement, dans son impatience, il voulut aller trop vite, de sorte qu'il s'embrouilla dans son compte. Il recompta, recompta et recompta. A chaque fois, il trouvait un total différent, et c'était alors des reprises d'additions à en devenir fou. La sueur lui ruisselait du front, autant que s'il avait bêché immense un champ de pommes de terre.
«  Mais combien y-a-t-il donc de boutons dans ce tiroir empli à ras bord ? »
« 10 324 dit la maman, ils me viennent de ma mère qui les tenait de la sienne qui les tenait elle-même de la sienne ! Au moins 3 générations de précieux boutons ».
Le génie sentit la transpiration lui couler dans le dos… Il utilisa tous les stratagèmes que connaissent les génies et quand il fut certain qu’on ne le regardait pas, il sortit 14 boutons différents et de la même couleur,  de sa poche humide. Emma fronça les sourcils et les prit d’un geste brusque. Le génie ne s’attarda pas outre mesure et disparut comme il était venu, il ne resta plus qu’une flaque d’eau. Le mariage fut une fête magnifique. Les deux petits étaient beaux comme des princes.  A minuit juste avant que les enfants ne se mettent au lit, tous les boutons disparurent. On ne revit jamais le génie. Peut-être  se cache-t-il de honte ? Peut-être aussi est-ce aussi la raison pour laquelle les génies ne proposent que 3 souhaits, allez savoir …


Christian LUZERNE Conteur de Légendes

vendredi 4 novembre 2016

Gustave, l’enfant gourmand de Thionville

Il y avait à Thionville un enfant comme les autres qui s'appelait Gustave. Il fut un jour le premier de sa classe. Sa maman Annanie en fut la première au courant, son père très fier proclama dans toute la rue de la Tour que son fils était un génie, un peu comme lui d’ailleurs. Il voulut faire sonner la Grosse Suzanne pour l’occasion, mais ça lui fut refusé.  Très fière, Annanie en rêva toute la nuit. Le lendemain, s'étant levée de bonne heure, elle se mit à pétrir un magnifique gâteau. Il était grand comme la petite roue d’une charrette. Annanie l'avait rempli de crème aux œufs épaisse à souhait, d'amandes, de noix, de tranches de citron confit. Elle avait glacé le dessus avec du sucre, de sorte qu'il était blanc comme de la neige. Le gâteau ne fut pas plutôt cuit, qu’Annanie chargea Gustave de le porter à l'école. Lorsque le petit Gustave l'aperçut, il sauta de joie, en frappant dans ses mains. Sur le chemin de l’école il n'eut pas la patience d'attendre.  Il se mit à le ronger à belles dents comme un écureuil. Il en mangea toute la journée, s’en remplit les poches et le cartable avant d’arriver en cours. Il en mangea encore le soir, jusqu'au moment de se mettre au lit. Son petit frère assura  qu'en se couchant, il avait mis du gâteau sous son oreiller, et qu'il se réveilla plusieurs fois la nuit pour le grignoter. J'ai bien quelque peine à le croire. Mais il est très sûr au moins que le lendemain, au point du jour, il recommença de plus belle. Il continua de ce train toute la matinée, jusqu'à ce qu'il ne restât plus une seule amande de tout ce grand gâteau. Pour engloutir les dernières miettes au fond de son cartable, il s’assit sur un banc du Parc Wilson, là Gustave fut le témoin horrifié d’une incroyable histoire : il venait  de se lever et arrivait au milieu du Parc, il se vit arrêté soudain par une branche, qui s'avançait comme un bras. Il voulut l'écarter, mais la branche le prit et le serra très fort avec ses petits rameaux, comme une main aurait pu le faire. Stupéfait, il se tourna alors vers l’arbre, et bizarrement lui trouva une apparence tout extraordinaire. C'était un arbre mais c'était aussi comme un géant, qui avait des formes humaines, sauf qu'il n'avait qu'un seul pied. Il distinguait deux bras tortueux, une tête, avec une sorte de visage, où la mousse tenait lieu de barbe. Il voyait quelque chose comme deux yeux, un nez, enfin une bouche pleine de dents aux lèvres d'écorce.  Cette bouche se mit à parler, et l'arbre dit d'une voix très lente et solennelle : « tiens un enfant pâtisserie » et la bouche s’ouvrit bien grande pour l’avaler. C’est à ce moment là que son ventre gargouilla et qu’il se réveilla  … Il se leva d’un bond du banc et couru en hurlant, il accéléra encore quand une branche lui toucha la tête. A bout de souffle, il arriva  chez lui où l’attendait  Annanie les bras croisés et les sourcils froncés …. Parait-il qu’il ne mangea pas de la semaine.


Christian LUZERNE Conteur de Légendes


L’ENFANT BLEU ET LE PRESSOIR DE GUENTRANGE
Le raisin attendait à être pressé. Louis, jeune garnement du lieu avait pensé rendre service aux vignerons de Guentrange. Il avait sauté dans le pressoir et avait voulu fouler le raisin, à l’ancienne, comme il l’avait entendu raconter par son grand père le soir à la veillée. Ce qu’il ne se doutait pas était que le pressoir vieux de plusieurs centaines d’années gardait  en mémoire le temps passé et avait acquis une certaine idée de lui-même. Ainsi quand le gamin sauta sur les grappes, les pieds pas très propres, il en fut vexé. Il lui fit perdre l’équilibre et le gamin tomba de tout son long dans l’épais jus de raisin. Il fut teinté de bleu et hurla en appelant au secours. Plusieurs mains calleuses de vignerons  hilares l’attrapèrent de le sortirent de sa fâcheuse situation en lui faisant la leçon.  De sa maison Edwige sa maman comprit immédiatement la situation. Elle prit une cuvette et mena le gamin au lavoir du village. Elle plongea sa grande éponge dans une belle eau claire, elle s'apprêta à lui laver la figure et les mains. Louis, encore tout penaud des reproches qu'il venait de s'attirer, s'était d'abord laissé faire sans résistance.  Mais quand il sentit l'eau froide qui lui entrait dans le nez et dans les oreilles, il commença à rouspéter, et se sauva à l'autre bout de la rue, en criant : «  Oh ! C’est trop froid ! Je ne veux pas qu'on me mouille comme cela. Sa mère l'eut bientôt rattrapé, et, en dépit de ses trépignements elle promena de nouveau l'éponge sur sa figure. Mais le fatal esprit du pressoir entendit l’enfant et opérait déjà. L'eau obéissait à ses ordres. Pour éviter de le mouiller, l’eau se jetait à droite et à gauche hors de la cuvette, et se sauvait de l'éponge qui revenait toujours à sec, si bien qu'il fallut y renoncer. La place était pleine d'eau, et le visage du petit garçon, à moitié lavé, n'en avait plus reçu une goutte. La pauvre mère, bien désolée, se jeta de guerre lasse sur un banc tout proche, en secouant sa robe toute mouillée. «  Allons, se dit telle, peignons-le, au moins,  il ne sera plus tout à fait si sale ». Et disant cela, elle l'attira sur ses genoux, et se mit à passer son beau peigne d'or dans les cheveux du petit garçon. Bientôt le peigne rencontra une des brindilles autour de laquelle cinq ou six cheveux s'étaient entortillés. «  Oh ! Cela me fait mal, qu'on me laisse tranquille avec ce peigne ! » Cria Louis. Le pressoir l’entendit et aussitôt voilà les dents du peigne qui se couchent en arrière, et refusent d'entrer dans les cheveux.  Les vignerons se roulaient sur le sol de rire et parait-il que même le pressoir craquait de tout son bois et grinçait dans ce qui ressemblait à une moquerie. Louis resta tout bleu. La punition dura jusqu’à ce que le vin fût mis en barrique. On peut encore voir ce pressoir à Guentrange, sous la surveillance de Saint Urbain … mais il est conseillé de ne pas s’en approcher …

Christian LUZERNE Conteur de Légendes.