vendredi 22 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.
Vieilles paroles retrouvées
La puissance de l'œil sur les divers animaux carnassiers : lions, panthères, etc., qui, après quelque temps de lutte, fuyaient ce regard en se retirant au plus profond de leur tanière. Et, de nos jours, une jeune dame que nous connaissons, oblige, par son regard, le grand lion à se coucher et à ramper devant elle dans un état d'humble soumission.
Le loup perd sa férocité s'il est vu par l'homme avant de voir celui-ci.

En Sologne, lorsqu'un serpent atteint l'âge de sept ans sans avoir été vu de personne, il lui pousse des ailes.

mercredi 20 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.
Vieilles paroles retrouvées
Un officier anglais se trouva, sans arme à feu, en face d'un tigre dans l'Inde, ayant entendu dire que le tigre est quelquefois tenu en échec par le regard, il le fixa. En peu d'instants, l'animal qui s'apprêtait à bondir s'écarta un peu et chercha à saisir son ennemi par derrière, mais l'officier tourna constamment en même temps que lui, celui-ci s'efforçait d'éviter son regard et, tapi dans un buisson ou se déplaçant fréquemment, il resta plus d'une heure à tâcher de saisir l'officier par surprise, découragé enfin, il quitta la place. Le lion lui-même recule et s'éloigne lorsqu'en plaine l'homme s'arrête et le regarde fixement sans abaisser les paupières.

Ce qui explique beaucoup de disparitions, belle journée à fixer son ennemi ...

dimanche 17 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Anciennes paroles retrouvées.
La Troglodyte et le Loup.

La troglodyte s'était abritée dans le trou d'un mur contre la froidure de l'hiver ou contre la chaleur de l'été, peu nous importe. Le loup l'aperçut :
-  Troglodyte, sors, sors !
 - Oui, mais tu me goberais !
-  Sors, sors !
-  Non, non !  Sors, te dis-je ! 
-  Jure que tu ne me feras pas de mal ?
-  Je ne te toucherai pas avec mes dents, dit le loup en levant la patte droite.
La troglodyte rassurée sortit de son abri. Ce fut la cause de sa perte car le loup oubliant aussitôt sa parole n'en fit qu'une bouchée et vivante l'engloutit dans son estomac. Au fond de cet entonnoir l'oiselet criait de toutes ses forces : 
- Parjure, Parjure ! 
Le loup ne put supporter longtemps ces reproches si outrageants pour sa réputation. Il ouvrit la gueule pour répondre :
-  Si je suis parjure je m'en moque !
Et zoup ! La troglodyte sortit et d'un léger coup d'aile elle fut dans le trou du mur où elle sifflote encore.


 Conté par CAZENOBE,  en 1896.

jeudi 14 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Anciennes paroles retrouvées.
La femme.
On connaît l'apostrophe de Diderot à Thomas, qui venait de publier un Essai sur les femmes : « quand on veut écrire les femmes, il faut, monsieur Thomas, tremper sa plume dans l'arc-en-ciel et secouer sur sa ligne la poussière des ailes du papillon. » Brillant, svelte et gracieux, l'arc-en-ciel a en effet quelque chose de féminin, la femme semblant en correspondance naturelle avec tout ce qu'il y a de joli de par le monde.

Tout est dit, belle soirée en arc en ciel.

dimanche 10 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Les fées de Malling.

Il existe dans la commune de Malling , un petit coteau près de la rue des Bosquets. Un jour, des paysans, conduisant leurs troupeaux , aperçurent des fées qui remuaient des pièces d'or à la pelle. C'était sans doute pour les empêcher de rouiller ou de moisir qu'elles les étendaient ainsi au soleil. Qu'on juge de l'étonnement des bonnes gens en voyant autant d'or, eux qui en avaient eu si rarement dans leurs pochettes. Ils regardaient cela d'un air de convoitise, lorsque l'une des fées leur dit : Nous vous permettons d'en prendre autant que vous pourrez en emporter, L'un des paysans s'empressa de remplir ses poches, tandis que l'autre dévalait la butte au galop pour aller chercher un tombereau afin d'en emporter davantage. Hélas ! Quand ce dernier revint, le champs était désert. Il n'y avait plus ni fées ni or. Son compagnon, plus heureux que lui, s'en était allé riche comme un marchand de cochons, ce qui prouve une fois de plus qu'il faut savoir être raisonnable ici-bas.


Belle semaine en étant raisonnable comme le dit la petite histoire .

jeudi 7 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Vieux textes retrouvés.

Les superstitions.

"N'a-t-on pas vu naguère les gens des campagnes attribuer aux chemins de fer, lors de leur première apparition dans une contrée, une influence dévastatrice sur les récoltes ? Les nouvelles machines marchaient comme des êtres fantastiques, leur imputer la perte accidentelle d'une récolte sur pied placée non loin de leur passage était une chose en quelque sorte logique pour des populations incultes et superstitieuses. Qu'on ajoute à ce sentiment l'esprit de réaction contre toute nouveauté, qu'inspire la routine aux ignorants, et on s'expliquera comment des idées si absurdes ont pu se faire jour. Aux environs de Montpellier même, de pareilles croyances ont régné quelques instants."

Dr C. CAVALIER, Etude médico-psychol. sur la croyance aux sortilèges. Montpellier, 1868


Belle journée sans avoir peur de l'inconnu.

mercredi 6 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Suite de la bête de la Lohière

Il y avait cependant un moyen d'éviter ses maléfices et pour cela il suffisait de lui adresser des compliments. Elle était sensible aux louanges, si au lieu de l'injurier on lui disait bien gentiment : « Te voilà, belle Jeannette, laisse-moi, ne me fais pas de mal, je t'aime bien, je suis ton ami, etc. » Alors elle s'en allait tranquillement, ou même s'employait à votre service si vous en aviez besoin. Sa rage est aujourd'hui assouvie. On n'entend plus parler d'elle, et il n'y a guère que les ivrognes, revenant des foires et des marchés, qui affirment l'avoir rencontrée. Mais les habitants de Loutehel et même de tout le canton de Maure vous déclareront, quand vous voudrez, que leurs pères ou leurs grands-pères ont été maltraités par la bête de la Lohière, il n'y a pas plus de cinquante ans.
FIN ....en attendant une autre histoire ...
A bientôt. Belle journée pleine de belles histoires.


lundi 4 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.
Suite de la bête de la Lohière
Mal lui en prit : le mouton qui semblait tout petit s'allongea soudain, grossit à vue d’œil, s'élança sur l'homme, lui posa les pieds de devant sur les épaules en cherchant à l'écraser de son poids qui devenait de plus en plus lourd. « C'est la Biffardière» , pensa Moinard, et, comme il avait entendu dire qu'elle n'avait plus aucun pouvoir dans le cimetière à cause  du lieu, il s'en approcha insensiblement et parvint bientôt à franchir la pierre qui l'en séparait. En effet, le mouton s'enfuit ; mais, chaque fois que le sacristain cherchait à sortir, soit d'un côté, soit d'un autre, il rencontrait toujours le bélier qui lui montrait ses cornes. Force lui fut de passer la nuit au milieu des tombes. Jeannette se promenait aussi souvent dans les appartements du château de la Lohière où elle éteignait les lumières, enlevait les couvertures des lits, jetait les dormeurs par terre ou frappait ceux qui, le jour, s'étaient moqués d'elle.

à suivre.... 

dimanche 3 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Suite de la bête de la Lohière

Un pauvre diable qui y avait été jeté par Jeannette de la Biffardière y resta trois jours. Il y rencontra des monstres affreux qui le poursuivirent jusque sous le bourg de Loutehel. Ce ne fut que le soir du troisième jour qu'il put leur échapper et qu'il revint à la surface du lac. Lorsqu'un pâtre allait chercher ses bêtes aux champs, il devait prendre de grandes précautions pour les ramener sans les frapper, car, s'il avait le malheur de toucher du fouet ou de la gaule la bête de la Lohière, cachée sous la peau de l'un de ces animaux, elle le rouait de coups et le laissait gisant par terre, mort ou évanoui. Les charretiers et les pâtres n'étaient pas seuls à rencontrer Jeannette, toutes les personnes voyageant la nuit étaient exposées à la voir tantôt sous une forme, tantôt sous une autre. Un soir, Moinard, le sacristain de Loutehel, trouva dans le bourg, près du cimetière entourant l'église, un mouton qui lui barra le passage.
à suivre.

Bonne nuit ....

samedi 2 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Suite de la bête de la Lohière

Elle est revenue pendant des siècles sous toutes formes d'animaux. Un charretier allait-il chercher son cheval à la pâture, aussitôt qu'il l'avait enfourchée, la bête partait à fond de train vers l'étang du Loup-Borgnard dans lequel elle se précipitait et disparaissait complètement. Aucun obstacle ne pouvait l'arrêter. On la voyait bientôt reparaître sur l'autre rive, en riant aux éclats, pendant que le cavalier se noyait s'il ne savait nager. Cet étang du Loup-Borgnard, qui existe toujours, est, dit-on, sans fond.

à suivre


Belle nuit sous la lune ricanant.

vendredi 1 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.
Suite de la bête de la Lohière
A quelque temps de là, la méchante fille mourut à la grande satisfaction de tous, mais, comme sa vie avait été trop courte pour faire le mal qu'elle avait projeté, elle continua, longtemps après sa mort, à faire de la misère au pauvre monde. Elle est revenue pendant des siècles sous toutes formes d'animaux.
à suivre
Belle nuit sans cauchemars.


jeudi 31 août 2017

Suite de la bête de la Lohière

La châtelaine de Querbiquet invita un jour la belle Jeannette à dîner chez elle. Celle-ci s'y rendit, emmenant avec elle nombreuse et brillante société, mais, lorsqu'elle vit que les invités de Querbiquet étaient tous les pauvres du pays, elle entra dans une colère extrême, injuria sa sœur et partit précipitamment en jurant de ne jamais la revoir. Fort heureusement pour les convives déguenillés, Jeannette avait laissé ses chiens à la maison !

A suivre…

Bonne soirée en attendant la suite …



mercredi 30 août 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

La bête de la Lohière.

Le château de la Lohière, en Loutehel, dans l'arrondissement de Redon, appartint autrefois à Jeannette de Biffardière, une belle fille dans son temps, paraît-il, mais aussi méchante qu'elle était belle. Jeannette s'en allait toujours escortée de deux chiens, grands comme des génisses, qu'elle excitait et lançait sur les personnes qui lui déplaisaient et qui ne tardaient pas à être dévorées par les molosses. Les étrangers ou les malheureux qui se permettaient d'entrer au château sans la permission de Madame de la Biffardière ne reparaissaient plus dans le pays. Ils étaient ou mangés par les chiens ou jetés dans les étangs quand les animaux étaient repus. Cette femme était, en un mot, la terreur de la contrée. A une lieue de la Lohière se trouvait le château de Querbiquet habité par une autre demoiselle de la Biffardière, soeur de la précédente, mais qui était, elle, une véritable sainte. On eût dit qu'elle avait été créée et mise au monde pour racheter les fautes de sa sœur.


à suivre


mardi 29 août 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

LA FÉE MÉLUSINE SUITE ....

Mais là fée outragée n'a pas cessé d'habiter le rocher sur lequel s'élevait autrefois le château, ce qu'on appelle aujourd'hui le Bouc où, suivant d'autres, elle habite le puits profond qui servait aux besoins du château et dont on montre encore l'orifice. De nombreuses légendes couraient encore récemment sur elle, quand on n'avait pas encore détruit les fortifications du Bouc, la tour ronde qu'on appelait la tour de Mélusine, et la porte sombre qui donnait accès, du Bouc, au faubourg de Clausen. Les petites filles de Clausen avaient grand'peur de traverser cette porte, parce que Mélusine leur apparaissait souvent par une ouverture profonde et noire qui se trouvait à gauche de cette porte. Elles attendaient qu'une grande personne vînt à passer pour marcher derrière elle ou bien elles se réunissaient par bandes mais il suffisait que l'une d'elles s'écriât: « Voici Mélusine! » pour qu'une terreur folle s'emparât de toutes.  à suivre ...

Belle journée pleine de contes.


lundi 28 août 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

LA FÉE MÉLUSINE

Une vieille légende de France, ou plutôt, c'est une légende française transplantée à Luxembourg. Le premier comte de Luxembourg, Sigefroi, aurait épousé une fée du nom de Mélusine, sous la condition expresse de ne pas chercher à la voir le samedi. Un samedi pourtant, la curiosité l'emporte, il regarde par le trou de la serrure : sa femme est dans un baquet, occupée à peigner ses blonds cheveux, mais son corps se termine par une queue de poisson ! Sigefroi pousse un cri, et Mélusine disparaît pour ne plus revenir. La légende était bien populaire et bien nationale, car Luther, dans ses Propos de table, discute sérieusement la question de savoir
« si la Mélusine de Luxembourg était bien vraiment un succube ou un démon ».


Belle journée sans regarder par les trous de serrure.

vendredi 25 août 2017

Les voyages du Conteur de Légendes

Sorcellerie.

Auprès d'Irkoutsk se trouve un rocher que les Bouriates appellent le magicien et dont ils n'osent approcher. Au Groenland, certains météores, nommés sorciers de feu, sont des magiciens qui habitent des rochers au bord de la mer. Les sorciers iroquois peuvent se métamorphoser en bois pourri. Dans d'autres contrées le danger n'est pas moindre : les Mangandjas de l'Afrique centrale croient qu'un sorcier peut transmettre à un objet quelconque le pouvoir de faire le mal .

jeudi 24 août 2017

LES VOYAGES DU CONTEUR DE LÉGENDES.

Objets inanimés suite ...

 Les formes adoptées pour ces métamorphoses varient selon les époques et les localités. Aujourd'hui, en Allemagne, les sorcières assument de préférence les formes de balais enflammés voltigeant dans l'air, de roue, de chapeau qui roule sur le sol, de belles pommes rouges et de feux-follets, en Russie, celles de pierres, de bottes de foin et de pelotes de fil. Les nuages et les trombes peuvent renfermer des sorciers ou être des sorciers métamorphosés. Dans l'Arabie méridionale, les Djinns se transforment en arbres, pierres, tourbillons de poussière, trombes d'eau, éclairs, etc.

mercredi 23 août 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Objets inanimés.

Le Diable, les Esprits et les sorciers peuvent se transformer en objets inanimés, cette croyance, dont on retrouve la trace aux époques les plus éloignées, est universelle. En outre, chez un grand nombre de peuples, les âmes des morts peuvent s'introduire dans des objets. On est donc continuellement exposé à être fasciné par un objet.

vendredi 11 août 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Proverbes anciens

Celui qui saute avec des épis pleins et retombe avec des épis égrainés, sera accusé d'en avoir goûté, quand même ce ne serait pas vrai.
Le toit de la maison se bat avec la pluie, mais celui qui est à l'intérieur l'ignore.
Si l'homme prend ses larmes pour faire de la soupe, il ne faut pas lui demander du bouillon.


Belle journée à lire au coin du feu ...


jeudi 10 août 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Proverbes.

Trois choses font bâiller : la faim, la soif et l'envie de dormir.
Le crapaud aime beaucoup l'eau, mais pas l'eau chaude.
Celui qui porte un loup sur son dos, les chiens aboient après lui. Le pépin de la pastèque a beau sautiller (quand on la fait cuire), il retombe toujours sur son compagnon dans la marmite. (On n'échappe pas à sa destinée.)
On n'a pas besoin d'apprendre à tomber dans un puits quand on a franchi les poutres de l'orifice, cela va tout seul.
Il y a des paroles dont on s'habillerait, si c'étaient des pagnes neufs.
Se tirer d'affaire est aussi du courage.
Si matinal que soit le mensonge, la vérité l'atteindra même en ne se levant que le soir.


Belle journée

lundi 7 août 2017

Suivez notre guide Christian Luzerne et son compère pour une visite contée inédite sur les hauteurs de Ranguevaux.
Mercredi 9 août à 20h.
Renseignements et réservation au 03 82 86 65 30.

mercredi 2 août 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.
Traditions de la Basse Bretagne.
On se souvient encore du temps où certains capitaines fouettaient leurs mousses pour faire venir le vent. Si cette coutume est perdue, on souffle toujours sur les voiles pour l'attirer. On appelle aussi le vent, soit en sifflotant d'une certaine façon, soit en adressant à Saint Antoine la prière assez irrévérencieuse qui suit : 
Souffle, saint Antoine, barbe d'or ! 
Si tu ne souffles pas, barbe d'étoupe !

Belle journée en évitant de faire du vent .

mardi 1 août 2017

Une semaine de stage conte et théâtre à Asbh Familles de Cocheren clôturée par un sympathique petit reportage. A voir sur :
Merci à tous pour leur gentillesse et à TV8 pour ce bon moment.
La semaine clôturée par deux spectacles contés, dont l'un pour la fête des voisins

Les voyages du Conteur de Légendes.

La Prière des neuf Vagues en Sicile

La veille de l'Ascension, les paysans s'en vont sur le bord de la mer, se mettent à genoux et récitent la prière suivante chaque fois que la mer envoie un flot au rivage, en cessant au neuvième flot :
Ti salutu, fonti di mari, Ccà mi manna lu Signuri ; Tu m'ha' dari lu to beni, Jo ti lassu lu me' mali. (Je te salue, bassin de la mer, le Seigneur m'envoie ici; tu dois me donner ton bien, je te laisse mon mal). Après chaque prière récitée, ils ramassent une poignée de sable, la cérémonie terminée, ils s'en reviennent au village et jettent ce sable sur les toits de ceux qui élèvent des vers à soie en disant gaiement: Setti liviri a cannizza (c'est-à-dire: sept livres par claie).
TOMMASO CANNIZZARO


Belle journée en faisant attention aux vagues.

lundi 31 juillet 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Quelques croyances Bretonnes ...

L'Eau de Mer en Basse-Bretagne

- Les marins bretons assurent que le fond de la mer n'est pas salé. Un plongeur qui descendrait une bouteille à une certaine profondeur, la remplirait facilement d'eau douce.
- Si le poisson ne mord pas à l'hameçon, le pêcheur dit que la mer n'est pas salée à l'endroit où il se trouve, ou que sa ligne est descendue clans un puits.
- L'eau de mer assouplit les membres, l'eau douce glace le sang dans les veines.
- Les marins du Finistère et du Morbihan sont persuadés que l'eau de mer n'enrhume pas. S'il en était autrement, disent-ils, personne ne voudrait, au bout de quelques semaines, mettre le pied dans une embarcation. Non-seulement elle ne fait aucun mal, mais il n'est pas rare de voir, au contraire, des hommes fortement enrhumés, au moment de quitter la terre, se débarrasser comme par enchantement de cette incommodité, si quelque bon paquet de mer vient à les tremper comme une soupe.
L.-F. SAUVÉ. 


Belle journée de vacances en bord de mer ...

dimanche 30 juillet 2017

Les voyages du Conteur de Légendes

Histoire vraie oubliée ...

La pierre retournée.


Un berger de la Brie du nom de Bras-de-fer avait été condamné aux galères pour sorcellerie. C'était à la fin du XVIIe siècle. Le navire qui l'emportait avec d'autres compagnons s'arrêta en vue des côtes d'Espagne. Les matelots, s'en prenant de ce calme subit aux magiciens punis qu'ils transportaient, les battirent à merci. Bras-de-fer demanda grâce et promit de faire partir le navire. Dès qu'il fut libre, il tourna du bout de son pied une pierre qui se trouvait sur le pont, le vent se leva, et le navire partit en effet.

Les voyages du Conteur de Légendes.
La voie lactée
On raconte chez les Croates qu'un homme avait, une fois, pendant la nuit, volé à son compère une gerbe de paille. Comme il se hâtait avec sa charge, la gerbe se délia et la paille se répandit sur le chemin. Pour rappeler éternellement le fait, un dieu plaça cette paille au ciel où on peut la voir tous les soirs.
Belle journée la tête dans les étoiles.


samedi 29 juillet 2017

Les voyages du Conteur de Légendes
L’Arc-en-ciel à travers le monde

Le propriétaire voit avec anxiété l'Arc-en-ciel se reposer sur un arbre ou sur un champ ensemencé. Cet arbre se desséchera ! La récolte du champ qui a été touchée par l'Arc-en-ciel dépérira, au lieu de prospérer.

Parfois, quand des enfants aperçoivent un Arc-en-ciel  ils s'écrient : « Arc-en-ciel ! Arc-en-ciel ! »  Aussitôt un de ceux qui ne l'ont pas encore vu s'arrache un cheveu qu'il pose dans sa main gauche ouverte, le plaçant dans le sens de la longueur de la main, puis il crache dessus et prononce cette formule : Arc-en-ciel, tire-toi de mon grenier, ou je te coupe par la moitié.

On croit que l'Arc-en-ciel est le chemin parle quel a été transporté de la terre au ciel l'homme qui est dans la lune. Cet homme est dans la lune, par pénitence, pour avoir travaillé le jour du sabbat.

vendredi 28 juillet 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.
L'arc-en-ciel
L'arc-en-ciel ne serait jamais visible à l'œil de l'homme si la soif ne le forçait à descendre de sa haute demeure pour aller boire aux étangs ou à la mer. Il est parfois si altéré qu'il lui arrive de dessécher des lacs tout entiers.
Quand l'arc-en-ciel paraît, on dit que le diable va boire à la grande mer ou au fleuve.
On croît qu'une des extrémités de l'arc-en-ciel plonge dans une rivière ou un ruisseau et pompe de l'eau jusque dans les nuages.
Selon la croyance populaire albanaise, l'arc-en ciel est un serpent qui descend sur la terre pour boire de l'eau, la même croyance existe en Roumanie.
A Florence, on dit de l'arc-en-ciel qu'il va boire dans l'Arno.
L'arc-en-ciel est une échelle par laquelle les chefs Néo-Zélandais grimpent au ciel et c'est aussi par l'arc- en-ciel que les âmes des insulaires des Philippines morts de mort violente sont portées dans la région bienheureuse.

Demain la suite de ce tour du monde, belle journée tout en couleur.

jeudi 27 juillet 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.
Chanter le Coq.
Les poules sous quelle influence ? Je ne saurais le dire se mettent parfois à imiter le chant du coq, ce qu'elles font toujours d'ailleurs assez mal. C'est ce que nos paysans appellent chanter le coq et ils voient dans ce fait plus bizarre d'extraordinaire un signe de mauvais augure, c'est un présage de mort, à l'adresse du propriétaire, à moins que ce ne soit à celle des poules. On dit, en effet, d'une poule qui chante le coq qu'elle chante sa mort ou celle de son maître, on la tue et le maître est sauvé.
Charles JORET.

Belle journée avec une poule au pot.

mercredi 26 juillet 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Paroles anciennes qu'il faut répéter sans se tromper.

J'avais un mouchoir à ourler, broder et barlificoter, je l'ai porté chez l'ourleur, le brodeur et le barlificoteur, l'ourleur, le brodeur et le barlificoteur n'y étaient pas, je suis revenu; en mon chemin faisant, je l'ai aussi bien ourlé, brodé, barlificoté, que si l'ourleur, le brodeur, le barlificoteur l'avaient ourlé, brodé, barlificoté.


Belle journée sans s’emmêler et sans méli mélo ....