samedi 30 septembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes
Il cherchait son trésor
Assis sur un banc après une longue marche, je fus un peu surpris quand une vieille dame  vint partager mon lieu de repos. La conversation s’engagea rapidement. J’avais affaire à une bavarde qui rapidement me passionna. Elle discutait des histoires passées de sa commune et puis, elle me parla d’elle-même.
- « Savez vous, me dit-elle qu’un jour mon papa s’arrêta dans ce village ? Il faut que je vous raconte. On ne sait pas d’où il venait, et il ne l’a jamais dit, même à moi, sa fille préféré. ». Elle sourit en ajoutant :
-« je suis restée fille unique. Tout ce qu’on a appris, c’est que tout enfant, il avait marché pendant deux journées complètes. Il allait tout droit devant lui, sans s’inquiéter du lieu où il arriverait puisqu'il cherchait semble-t-il fortune. Ainsi, lorsqu'il apercevait quelque morceau de verre étincelant au soleil, il le ramassait avec la conviction d'avoir mis la main sur un diamant de belle taille. Quand il voyait à l'horizon une petite forêt, il se précipitait, croyant faire son entrée dans une contrée merveilleuse. Finalement, ce petit homme avait senti la fatigue le mordre aux mollets et la faim lui tordre l’estomac. Durant deux jours, il avait  marché sans avoir découvert la fortune ni rencontré aucune fée et surtout, sans avoir rien eu à se mettre sous la dent, hormis les quelques fruits cueillis aux arbres du chemin. Déjà, il commençait à se désespérer lorsque, le matin du troisième jour, le village apparut. Il s’approchait de la maison la plus modeste dont les tuiles brillaient au soleil comme autant de diamants. A l’instant où il allait frapper à la porte, elle s'ouvrit. Une multitude de chiens et de chats  sortaient  de nulle part et sans se faire répéter l'invitation, ils entaient en se bousculant. Le gamin restait un moment indécis, se demandant s'il devait les imiter, puis il se décida à suivre deux jeunes chatons qui, à en juger d'après leur empressement, étaient sans doute des hôtes habituels du logis. Quelqu’un qui passait entendit parait-il :
- D'où sors-tu donc pauvre enfant ? Entre donc !».
 La vieille dame me regarda, se leva et avant de partir, dans un merveilleux sourire me confia que son papa n’était jamais reparti.  

Christian LUZERNE Conteur de Légendes – texte protégé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire