dimanche 31 décembre 2017



 Les voyages du Conteur de Légendes

Belle année 2018

Tiens, on frappait à ma porte. J’ouvrais et là, se tenait un très sérieux personnage moustachu aux oreilles pointues qui me tendait une invitation en ronronnant. J’étais invité ce soir à terminer l’année et à commencer l’autre chez le seigneur du village voisin. En réalité, personne ne l’avait jamais vu. J’en étais  honoré, mais il y avait quelques précisions sur le déroulement de la fête. Le messager me tendait  un gros carton. Je regardais avec précaution. Il y avait un costume dans lequel je devais m’envelopper et qui me ferait ressembler à un écureuil. Ainsi, parait-il je pourrai cabrioler et courir sans aucune difficulté sur le sol de marbre poli et miroitant du château. Nous serons servis par des cochons d’Inde, eux-mêmes en grande livrée humaine,  je ferai connaissance de la vielle reine chaussée de noix de coco que des lapins blancs rendaient brillantes à force de les cirer. Elle ne buvait que de la rosée prise sur les roses avec des coquilles de noisette. Le pâtissier toujours habillé en raton laveur avait la réputation d’être d’une habileté si merveilleuse dans l'art culinaire, que souvent lui-même en restait tout ébahi. Il savait préparer les mets les plus raffinés, les pâtés de violettes les plus succulents, les sauces les plus compliquées. Le message portait la précision que le laquais ronronnant m’attendrait pour me conduire au château. Très curieux, je me dépêchais de mettre le costume qui m’allait à merveille et une fois dans le carrosse, les chevaux qui ressemblaient étrangement à  hamsters partirent au grand galop vers 2018.

Christian LUZERNE Conteur de Légendes. Texte protégé.

Belles fin d’année et merveilleuse année un peu folle à venir

mercredi 27 décembre 2017



Les voyages du Conteur de Légendes.

Mon réveillon extraordinaire

Il faut que je vous raconte l’extraordinaire réveillon que j’ai passé cette année. Je m’étais perdu en me rendant chez des amis qui m’avaient invité. Désespéré, je fis tinter la clochette d’une bizarre petite maison isolée. Comme si j’étais attendu, la porte s’ouvrit sur un gros lapin blanc qui m’invita à entrer. Tout de suite des cochons d'Inde accoururent sans perdre un instant. Ils avaient des tabliers de cuisine et de grands couteaux, de grandes cuillères étaient passées à leur ceinture, ils étaient accompagnés d'un grand nombre d'écureuils, coiffés de petites toques en velours vert. Ces écureuils semblaient être d'une condition inférieure, c'étaient eux qui grimpaient aux murs pour y prendre poêles et casseroles, œufs beurre et farine, et venir ensuite déposer le tout devant la cheminée où un vieux chat très sérieux s’affairait à concocter une recette dont il semblait avoir le secret. Des marmottes mirent la table et naturellement je trouvais ma place parmi cette drôle de population. Je fus servi comme un prince. Nous avons mangé des fleurs et quantité de bonnes choses faite de pâtes succulentes et de graines cuites à point.
Sur le matin je suis reparti vers d’autres aventures. Je me retournais pour saluer mes hôtes, et surprise, la maison avait disparu. Magie de cette nuit pas comme les autres.

Christian LUZERNE Conte protégé.

Belle semaine pleine de petits lapins et de belles histoires


dimanche 24 décembre 2017

L'année 2017 se termine, la suivante pointe son nez, je vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année à vous et à tous ceux que vous aimez. 

lundi 18 décembre 2017



Petit conte.

Et si les rôles étaient inversés ….

Petit Tigre saute sur petit Mouton et le culbute. Et petit Mouton de rire!  Tiens, comme tu as de petites dents ! lui dit petit Tigre.  C'est comme cela dans ma famille, celles de papa sont tout pareilles, reprend petit Mouton.  Cette répartie fit réfléchir petit Tigre et quand, la visite finie, le père et le fils eurent quitté leurs hôtes, petit Tigre n'attendit pas que papa Mouton eût fermé la porte de sa case pour dire à son père : Papa, papa, petit Mouton a des dents toutes petites et il m'a dit que celles de son père n'étaient pas plus longues que les siennes. Tais-toi donc, tais-toi donc, gamin, si papa Mouton nous entendait, il nous mangerait tous deux.

dimanche 3 décembre 2017

Les voyages du Conteur de Légendes.

Le mystère de l’écrin

Je rentais chez moi, bouleversé par la transformation du petit … qu’allait-il devenir transformé en poisson, et s’il se faisait pêcher ou dévorer ? Quelques jours plus tard n’y tenant plus, je décidais de revenir au bord de l’étang avec quelques morceaux de pain dur, car parait-il les carpes aiment à s’en nourrir.
Des oies sauvages prenaient quelque repos dans un champ tout proche.
D’un seul élan, elles se sont élevées dans les airs et ont longtemps tourné en rond avant de prendre leur vol vers le sud. Une des leurs attira mon regard, il semblait que voler n'était pas une chose à laquelle elle était bien habituée. Elle passa au-dessus de moi et je l’entendis nettement dire : «  vous allez trop vite, je n'en peux plus ! »
Il me sembla voir les oiseaux ralentir leur allure et même encourager la petite oie fatiguée à grimper sur le dos de celui qui paraissait être le chef.
Puis les oiseaux migrateurs se sont éloignés et je demeurais bien perplexe. Je pensais que les carpes peuvent sortir leur tête hors de l’eau et que mon petit camarade en avait profité pour prononcer la formule magique qui lui ferait reprendre une forme différente. Accroche-toi bien !

Fin, enfin je crois ….


Christian LUZERNE Conteur de Légendes. Texte protégé.